Comment se relever…

Bonjour les filles,

Un grand MERCI pour tous vos gentils mots…
Votre soutien est d’une grande aide, vraiment…

C’est pour cela que je vais continuer de blogger, continuer de vous raconter ma vie, avec ses hauts et ses bas (… ils sont ou les hauts…??? 😦 )

Hier a encore été une journée très éprouvante…

Je suis dans un mal être tel que je me demande comment je vais faire pour me relever… retourner bosser… retrouver l’envie de sourire…

Je vois les fêtes de fin d’année arriver à grand pas, et j’ai envie de les repousser le plus loin possible, voire même de ne pas les vivre…
A quoi bon vivre des fêtes, qui doivent être des moments de joie, alors que je suis dans la tristesse…

Je m’étais imaginée avec un début de ventre rond… passer ces fêtes avec le sourire, en pensant que ce serait le dernier Noel sans enfant…

Mais aujourd’hui je ne peux absolument pas le dire… et c’est dur… comme une entaille dans mon corps, toujours à vif…

 

Mais hier, ma journée a ré-ouvert d’autres entailles… encore plus anciennes…

Vous savez, ma mère? qui n’est pas facile avec moi, peu soutenante, qui ne trouve jamais les mots pour me soutenir…

Et bien hier elle a dépassé les bornes… encore une fois (la fois précédente c’était LA)

Déjà lundi, à l’annonce de la mauvaise nouvelle, elle n’avait pas pleuré, elle n’avait pas l’air abattue… elle avait juste dit: « ca ne va pas du tout, il faut changer votre prise en charge, il faut tout revoir, vous ne pouvez pas recommencer dans ces conditions,… »

Ca peut paraitre bien comme réaction, mais moi ce n’est pas de ça dont j’avais besoin. L’après midi du lundi nous nous étions rappelées, et je lui avais dis que j’avais besoin d’une mère, qui me rassure, m’aide, me comprenne… Elle m’avait en gros répondu que je n’étais plus une enfant, et que elle personne ne l’a aidée quand elle avait des soucis…
Bref…
Mais hier, ca a dépassé tout ca…

Je l’ai appelée à la base pour le dire que j’avais (encore) un souci avec ma voiture… bref…

Et puis je sens que la conversation commence à dévier (comme toujours) sur mon poids… (qu’on se le dise je suis obèse, je le sais, le vie mal, mais n’arrive pas à maigrir).
Elle me fait du genre: « ah mais t’a pas besoin de voiture, t’as qu’à prendre le bus pour aller bosser! » (le tram est à 25mn à pieds de chez moi)… « ah mais c’est pas grave, ca te feras du bien, 25mn le matin, 25mn le soir, c’est ce qu’il te faut… »
Je lui explique donc que ce n’est quand même pas le plus pratique, ayant souvent des rendez vous après le boulot, et pour aller au sport,…Bref, elle trouve toujours la parade pour avoir raison…

et puis on en revient à la FIV, et je lui dis qu’il faut qu’on prenne d’autres avis (je vous expliquerai tout ca dans le prochain post), pour être sur qu’on fasse les bonnes choses… mais qu’on ne peut pas faire une FIV ailleurs que dans notre ville, ce serait beaucoup trop compliqué!
Je lui dis alors que j’ai déjà un rv pour janvier, mais que pour une FIV en février (le délai minimum qu’on nous impose), ca sera un peu court;..
Et la, elle est partie dans son truc: « mais vous allez pas faire une fiv en février, c’est beaucoup trop court…., et puis pas dans ces conditions la… (je sens le truc arriver)… déjà que ce weekend tu étais prête à continuer une grossesse pathologique, tu imagines, ca aurait été l’horreur pendant 9 mois pour nous… (euh, nous qui??? « Bah toi et moi, et ton mari…) … (euh, tu viens faire quoi la dedans toi??)…
bref, j’en ai raz le bol de ces remarques blessantes, et je lui dis clairement que nous n’avons plus de relation mère fille depuis longtemps, que depuis des années à chaque fois qu’elle m’appelle, elle en vient toujours à parler de mon poids,… et que j’en ai marre…
et je lui dis que même pour mon mariage ca revenait toujours au milieu, et que parce que j’étais ronde à mon mariage…

Et LA

Elle me coupe la parole, et me dis: « tu n’étais pas ronde, tu étais ENORME !! »

Et LA

 

C’était le mot de trop

 

J’ai raccroché…

et j’ai pleuré….

pleuré…

pleuré…

pendant de longues minutes, seule dans mon appartement…

j’ai pleuré…

 

Et la, je suis complètement épuisée…

Je ne veux plus l’appeler, même plus la revoir… ce n’est plus possible

Ca fait des années qu’elle m’agresse de cette manière, régulièrement… et la je ne le supporte plus…

Heureusement j’ai le soutien de Chéri…

Et maintenant, je ne vais plus compter que sur lui, sur nous, notre couple, notre vie, notre avenir…

 

Mais c’est très dur… je n’avais pas besoin de ca en plus…

Publicités

Mais j’ai si mal…

Bonjour les filles

Merci pour vos gentils mots de soutien.

Je n’ai pas eu la force de venir poster ce weekend tant il s’est passé de chose…

Il faut que je vous raconte tout ça… et comme je sais pas dans quel sens le prendre, je vais faire un récit de ces 3 derniers jours…

Comme vous le savez, j’ai donc eu des saignements à partir de mardi après midi. Ils se sont intensifiés dans la nuit de mardi à mercredi, et de grosses douleurs sont apparues mercredi, jeudi, se calmant un peu vendredi.
J’ai prévenu les sage femmes et mon médecin, qui m’ont tout de même demandé de faire la prise de sang vendredi.
Vendredi matin, je pars donc à reculons à l’hopital voir une de mes copines infirmière pour qu’elle me fasse cette satanée prise de sang.

Je passe ensuite dans mon service leur faire un coucou, et leur dire que c’est fichu, mais que je ne me sens pas encore de reprendre le boulot.
Elles le prennent plutôt bien (le fait que je sois encore en arrêt), et sont bien désolées pour moi.
Vers 12h je rentre chez moi, et j’envoie un sms à ma copine pour savoir si à tout hasard mes résultats sont sortis.
Et la elle me répond: « oui, ton taux est à 187, c’est bon ou pas? »
Et la, la Terre se met à tourner, ou plutôt c’est ma tête qui tourne..
Je suis paumée, je comprends plus rien, je me mets à pleurer, appelant mon beau père (médecin), qui me dit d’aller voir les sage femmes pour demander à faire une écho,…
J’appelle Chéri qui me dit : »ca ne change rien pour moi, je préfère ne pas y croire ».
Chéri est d’un tempérament plutot pessimiste, ce qui peut parfois aider à moins souffrir ».

Je mange un bout en 4ème vitesse et retourne à l’hosto.
Arrivée en PMA, je dis mon taux aux sages femmes qui deviennent souriantes, et disent que c’est un bon taux, que parfois les saignements ne veulent rien dire,…
Quoi?? vous me parlez??? il se passe quoi la?? je comprends plus rien à ma vie??

1h plus tard je vois mon médecin, qui a la même réaction, me disant cependant qu’il faut vraiment attendre lundi car sur 1 seul taux on ne peut pas se prononcer quant à l’évolution de la grossesse… mais ce que cela est quand même encourageant… ca montre qu’il y a eu accroche…

On rentre avec Chéri, le sourire aux lèvres (discret quand même,  il ne faudrait pas trop s’enjouer)…

Le weekend se passe… très lentement…
j’essai d’analyser mes signes… j’ai toujours le ventre tendu, toujours les seins tendus… c’est bon signe…
Je commence à y croire… et si ca y est, si la PMA était enfin derrière nous? si ces 2 années de galères étaient enfin terminées? Si finalement notre « petit nous » était bien là, dans mon ventre?
Je rêve à tout ca… en silence…
et mon Chéri… rêve autant…

Cette nuit nous dormons très mal, et à 5h30 impossible de se rendormir.
Je pars à l’hosto, essayant de trouver une infirmière qui veuille bien me piquer.
J’attends finalement en gynéco (mauvaise idée), où je suis entourée de ventres tous plus ronds les uns que les autres….
OUi mais c’est pas grave… peut être que moi aussi secrètement je suis enceinte… alors ca va, je le prends bien.
Je me fais piquer par l’infirmière de gynéco… me disant que c’est un signe, et le début d’une longue série de piqures dans cette salle de soins…

Et puis, comme des fois ca sert de bosser à l’hopital, j’emmène directement mon petit tube au labo, histoire qu’il soit techniqué le plus rapidement possible…

Je rejoins ensuite une amie médecin. Nous buvons un café puis nous installons dans son bureau au calme…
Pendant qu’elle dicte ses courriers, j’essaie de me concentrer sur la lecture de mon dernier roman… en vain…
je regarde ma montre…
toutes les 10 minutes elle s’interrompt dans ses dictées pour regarder si mes résultats ne sont pas sortis.

Au bout d’un heure je perds patience et prend le téléphone pour appeler le labo…
Quand on appelle de l’hosto, et qu’on a un numéro d’étiquette à fournir, on passe incognito…

Et la…

J’entends la femme au téléphone qui me dit…

« Votre taux est à 13 »

Je lui dis: « Pardon? »
 » oui c’est bien à 13″…

 » Et y’a pas d’erreur possible? »

« Non non, c’est bien 13…. »

 

Je raccroche…

Mon amie a vu que j’ai écris 13 sur un papier…

et me prend dans ses bras avant que j’ai eu le temps de dire ouf…

Je pars en sanglots, n’arrivant pas à comprendre ce qu’il m’arrive…

Quelques minutes plus tard, j’essaie de reprendre mes esprits… Elle a des paroles gentilles, compatissantes… c’est tout ce dont j’ai besoin…

Mais je ne comprends pas… je suis sonnée…

J’ai envie de rappeler le labo… mais elle me dit que ca ne servira à rien, il y a très peu de chance pour qu’ils se soient trompés…

et pendant ce temps Chéri attend que je l’appelle…

Je sors du bureau, de l’hopital, et appelle mon Chéri…

et je sens sa tristesse, aussi grande que la mienne.

Mes larmes coulent, coulent, et coulent encore…

 

manga96